Mieux comprendre le terrible two

Mieux comprendre le terrible two

Sommaire

À la maison, à la crèche, au parc ou au supermarché votre petit Bibou a dernièrement tendance à se transformer en véritable petit dragon à la moindre contrariété. Il dit non, crie, tape des pieds, se roule par terre dès que vous n’allez pas dans son sens. Attendez une seconde : votre enfant n’aurait-il pas tout juste deux ans, par hasard ? Si la réponse est oui, il traverse certainement ce que l’on appelle le « terrible two ».

Cette petite crise d’adolescence avant l’heure fait partie d’une étape du développement de l’enfant. Comment réagir ? Quels comportements adopter pour traverser cette période fort sympathique ? Accrochez votre ceinture, c’est parti !

 

Qu’est-ce que le terrible two ?

Le terrible two, vous en avez peut-être déjà entendu parler sans trop savoir de quoi il s’agit. Concrètement, c’est une étape normale et souvent biiiien pénible du développement de l’enfant.

Vers l’âge de 2 ans, les petits choubidous d’amour deviennent progressivement indépendants, ils cherchent à s’opposer à toutes les limites qu’on leur impose.

Résultat ? L’enfant peut par exemple montrer des signes d’agressivité avec les autres enfants, se contrarier très facilement et vous le signifier en tapant des pieds, en hurlant et/ou en se roulant par terre. Sans oublier le fameux « non » qui sera inlassablement répété à longueur de journée, ce qui peut avoir pour conséquence de vous exaspérer, et ça se comprend !

La bonne nouvelle, c’est que si votre enfant réagit comme ça, c’est parce qu’il grandit bien ! Il est en train de comprendre qu’il est un individu à part entière et finalement son besoin d’indépendance est très sain.

 

Combien de temps dure le terrible two ?

Si vous vivez une période qui ressemble fortement à ce que je viens de décrire, alors vous vous demandez sans doute combien de temps va encore durer ce truc infernal. Bonne question !

Cette crise des 2 ans a une durée variable selon les enfants et il n’y a pas de règle absolue. Rassurez-vous quand même : cette phase ne dure pas toute la vie !

Globalement, elle peut durer de quelques semaines à une petite année, voire deux. Si vous avez le sentiment que ça dure trop et que vous ne savez pas comment réagir, même après avoir lu cet article génialissime, alors n’hésitez pas à consulter un professionnel.

 

Comment accompagner votre enfant pendant le terrible two ?

On me dit dans l’oreillette que vous avez besoin de tuyaux pour savoir comment faire pour accompagner votre enfant durant le terrible two.

Pour nous les adultes, c’est une période éprouvante, mais pour l’enfant rien n’est simple non plus !

Il est d’abord important d’avoir conscience que le cerveau de votre enfant n’est pas encore mature. La frustration est souvent bien difficile à gérer pour un petit bout de deux ans. Il n’est pas encore capable d’exprimer ce qu’il ressent, de mettre des mots sur les émotions qui le traversent.

 

Soyez constant

Ce n’est pas toujours facile, je vous l’accorde, mais pour traverser cette tempête il va falloir faire preuve de constance capitaine !

Pour rassurer votre enfant et pour qu’il comprenne bien les limites, il est essentiel de vous tenir aux règles que vous avez fixées. Restez calme, tout en faisant preuve de fermeté. Certains comportements ne peuvent pas être tolérés, notamment la violence, votre petit chou doit le comprendre.

Bien sûr, les règles doivent être simples et adaptées à l’âge de votre enfant. Ce n’est pas le moment de trop serrer la ceinture non plus, sinon vous allez passer vos journées à vous énerver.

 

Faites diversion

L’astuce de la diversion marche aussi très bien ! Petite mise en situation : vous avez malencontreusement donné un gobelet vert à votre petit Roberto. Or, lui, il voulait le gobelet violet ! Malheur à vous, le voici qui balance le gobelet et tout ce qui lui passe sous la main en hurlant. Vite, faites diversion : « Oh, regarde par la fenêtre Roberto, un avion dans le ciel ! ». Il y a fort à parier qu’en pensant à autre chose, votre enfant oublie la raison de sa frustration.

 

Proposez un câlin

Votre progéniture vous agace un peu en ce moment ? Ne le prenez pas personnellement. Rappelez-vous qu’il est lui-même dépassé par ce qu’il ressent, donc n’hésitez pas à lui proposer un câlin, même en pleine crise.

Le contact physique et la tendresse sont très importants pour qu’un enfant se sente aimé et en sécurité. Et puis, un bon câlin permet de réguler le stress et d’apaiser les tensions pour tout le monde !

 

Valorisez le non

Et si le fait que votre enfant dise non était plutôt une chose positive à valoriser ? Dans la vie, savoir dire non, ça peut servir ! D’ailleurs, ne vous a-t-on pas déjà répété « Olala Caroline, il faut vraiment que tu apprennes à dire non ! » ?

Votre enfant apprend à se positionner, à s’émanciper et à s’exprimer et en fait, c’est plutôt rassurant. Cela ne veut pas dire que vous devez accéder à toutes ses requêtes et qu’il ne doit plus y avoir aucune règle ni aucune frustration. Surtout pas !

Par contre, vous pouvez dire à votre enfant que vous prenez en compte sa parole et vous pouvez également essayer de trouver un compromis quand c’est possible.

« J’ai bien compris que tu n’étais pas d’accord pour mettre tes chaussures, malheureusement pour sortir dehors c’est obligatoire. Tu préfères peut-être mettre tes bottes ? Allez vas-y, c’est toi qui choisis entre ces deux paires ! »

 

Communiquez

Intéressez-vous à votre enfant. C’est un âge où le langage se développe alors profitez-en pour communiquer ensemble. Aidez-le à mettre des mots sur ce qu’il ressent, en utilisant le doudou des émotions ou le kit de retour au calme par exemple. Lorsqu’il s’emporte, vous pouvez lui dire « j’ai l’impression que tu es en colère, pas vrai ? ». Le simple fait de se sentir compris peut lui permettre de retrouver son calme.

Vous pouvez aussi mettre des mots sur ses émotions lorsqu’il est heureux « il me semble que tu as un beau soleil dans ton cœur là, tu as l’air très heureux de jouer au ballon avec moi ». Peu à peu, l’enfant parviendra à décrypter lui-même ce qu’il ressent.

 

De notre côté aussi, la gestion de nos émotions peut être parfois compliquée. Un enfant qui répète « non » toute la journée et enchaîne les crises met la patience à rude épreuve ! Si jamais vous n’en pouvez plus, que vous sentez que votre réaction risque d’être complètement inadaptée, faites une pause pendant quelques secondes et allez souffler un bon coup ! Et si vous vous êtes emporté.e, pas de panique ! Pensez ensuite à vous excuser et à rassurer votre enfant en lui disant que vous l’aimez malgré tout.

 

N’hésitez pas à venir nous partager votre expérience sur le compte Instagram de l’Atelier Gigogne.

 

Mathilde - Plume d’or de la team Gigogne

Malgré sa formation d’éducatrice de jeunes enfants, elle aussi galère à élever les siens au quotidien ! Mathilde écrit pour proposer modestement quelques astuces aux parents et leur donner confiance en leur parentalité. Passionnée par les livres pour enfants, la gastronomie (pas pour cuisiner, plutôt pour la manger), mais véritable quiche en organisation, elle est accro aux produits de l’Atelier Gigogne et aux jeux de mots !

 

kit de retour au calme

Kit de retour au calme

39,90
Doudou des émotions

Doudou des émotions

29,90
bouteille sensorielle dauphin

Bouteille sensorielle dauphins

14,90
Expedition
en 48h
Paiement
sécurisé
Livraison offerte
dès 59€ d'achat
Enregistrez votre adresse mail pour recevoir les infos
Recevez avant tout le monde nos offres, nouveautés et plein d’autres surprises!
0
    0
    Mon panier
    Votre panier est videRetourner sur la boutique