violences éducatives

Violences éducatives: nos enfants sont des guérisseurs

Les violences éducatives, une pratique bien ancrée dans notre société. Heureusement pour nous: nos enfants sont des guérisseurs…

Issue d’une éducation traditionnelle et donc de violences éducatives,  j’ai mis beaucoup de temps à comprendre  l’impact que celles-ci avaientt pu avoir dans ma vie d’adulte.

Et puis un jour, j’ai eu une chance incroyable: je suis devenue maman. A compter de ce moment, il m’aura fallut 3 ans  pour réaliser à quel point mon éducation impactait ma façon de réfléchir, de réagir, d’éduquer mes enfants ou mes choix de vie. Ma fille a soulevé le tapis, celui où je cachais toutes mes blessures d’enfants « tiens! reprend ce qui t’appartiens, soigne ton enfant intérieur et élève moi au lieu de me soumettre… »

Je vous partage ici un petit bout de ma vie. Un de ceux que l’on ose pas révéler. Pourtant, ils font partis d’un grand nombre de foyer…

« L’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques sur l’enfant »loi adoptée le 2 juillet 2019.
En relisant cette phrase, je repense à cette première fois où j’ai tenu mon premier bébé dans les bras. Je me suis promise de toujours protéger ce petit être sans défense, d’être son armure et son pilier tant qu’il n’aura pas quitté le nid. Il me semblait alors évident que jamais je ne pourrais lui faire de mal… Je n’avais alors jamais entendu parlé des « violences éducatives »…pourtant…
Un soir, rentrant du travail, je récupère ma fille chez la nourrice. A peine est-elle dans la voiture qu’elle s’énerve sur le siège auto et pleure…

Je suis fatiguée, énervée de ma journée, plus rien dans le frigo, je pars faire des courses avec elle. Moment de solitude dans le magasin quand épuisée ma fille hurle pour pouvoir…pousser le caddie…Il me reste à rentrer, ranger, faire prendre le bain, préparer à manger, et entamer la pile de linge qui m’attend. Comme si ça ne suffisait pas j’avais pris une prune sur la route et une réflexion, à peine rentrée chez moi, de mon conjoint lui aussi fatigué (qui souligne ma mauvaise humeur au cas où je n’ai pas bien saisi comment je me sentais …).

Je me sens :

. En colère d’avoir pris cette amende et que mon conjoint soit désagréable
. Triste : de ne pas me sentir soutenue et écoutée en arrivant chez moi
. Agacée : par le comportement de mon conjoint et de mon enfant qui ne m’aident pas.

Ma fille se sent :

. En colère parce que sa maman l’a coupé dans son jeu avec la nounou, pour rentrer à la maison
. Angoissée parce que sa maman est très énervée et qu’elle ressent tout
. Triste parce que ses parents ne veulent pas jouer avec elle en rentrant

J’ai besoin d’un temps calme et d’écoute
Ma fille a besoin d’affection, de jeu et … de moi.

Ma fille à 2 ans.
Une journée c’est très long même avec une sieste pour l’aider.
Elle est fatiguée et comme elle ne sait pas s’exprimer autrement elle crie, pleure, s’énerve pour tout.
Je lui dis qu’on va devoir aller au bain. Elle refuse. Je lui redis. Elle hurle et se met à pleurer…La moutarde commence à me monter au nez (je m’efforce d’être patiente mais là je n’en peux plus !) Je le prends dans les bras pour l’emmener à la salle de bain, elle se met à se tordre dans tous les sens pour ne pas y aller. Elle se débat pour que je ne puisse pas le déshabiller, je me mets à lui hurler dessus et la paf, la fessée.

Je me sens :

. En colère : je suis furieuse que ma fille me fasse perdre le contrôle de cette façon
. Soulagée : les tensions sortent avec le mouvement de fessé. Cet acte posé est celui qui a souvent signé la fin d’un conflit lorsque j’étais enfant. Inconsciemment il me rassure car je reprends le contrôle tout comme j’ai vu mes parents reprendre le contrôle.
Triste : je me sens mal pour ma fille, je peine à me l’expliquer.

Ma fille se sent :

. Apeurée : une main de la largeur de sa tête vient de frapper ses fesses
. Honteuse : elle se sent humiliée d’avoir été frappée
. En colère : on lui explique de ne pas taper et de faire attention au plus petit que soit mais sa propre maman ne le fait pas.
Ma fille pleure, elle étouffe ses sanglots et ne dit plus rien pour le bain. Je me hâte de le lui faire prendre. C’est plus facile, elle ne dit rien…
A table, le repas est plutôt calme car au moindre énervement je lui dis « attention hein » et elle craint que ça ne recommence.
C’est l’heure du coucher, je lui lis une histoire, je lui fais des tonnes de bisous et un énorme câlin. Je lui dis que je l’aime et lui souhaite une bonne nuit.

En sortant de la chambre, je me sens tout à coup terriblement mal…

Coupable de n’avoir pas su me contrôler, de ne pas savoir gérer mes émotions…
Honteuse du haut de mes 1m70 d’avoir levé la main sur un enfant et qui plus est le mien, celui que je me suis promise de toujours protéger …
Je me sens triste car il y a quelques années c’était moi l’enfant qui recevait les fessées et je me souviens de l’injustice et de la tristesse que je ressentais …
Avec l’habitude je les avais banalisé, me disant que ça « n’allait pas nous tuer, une fessée » … Et pourtant ce jour-là, je réalisais à quel point ce que je faisais était ancré et complètement à côté de ce que je voulais transmettre à mon enfant.

Le 2 juillet 2019, Le Parlement a adopté définitivement une loi visant à interdire les  » violences éducatives ordinaires ». Si cela avait été le cas il y a 100 tout serait aujourd’hui tellement différent…

Je te remercie ma fille car grâce à toi j’ai compris que :

  • C’est en observant ce que je fais (bien plus que ce que je dis) que tu grandis;
  • Il est impératif pour moi d’être à l’écoute de mes besoins pour être à l’écoute des tiens;
  • Mon devoir de parent c’est avant tout d’être cohérente dans ce que je te montre et ce que je t’apprends
  • je ne peux pas te demander d’avoir un comportement que moi-même je n’arrive pas à avoir
  • Il est toujours temps d’apprendre à gérer mes émotions même adulte
  • Ton enfance conditionnera beaucoup ta vie d’adulte et c’est de ma responsabilité de te préparer à réfléchir et non obéir

Je repense à toi mon enfant qui m’a fait grandir et m’a aidé à emprunter ce chemin de l’éducation non violente. Toi qui a changé complètement notre vie. Faire des erreurs est une formidable opportunité pour évoluer et l’avantage c’est qu’on en fait souvent quand on est parent ! ^^

Merci à tous ceux et celles qui luttent contre les violences éducatives : c’est grâce à vous qu’aujourd’hui que nous avançons en France et que nous apprenons à éduquer et réfléchir autrement.

Et bravo à tous les parents qui décident de sortir du schéma qu’ils ont appris pour créer celui qui leur ressemble!

L’atelier gigogne

Livraison
en 48h

Paiement
securise